Nos compétences à votre service depuis un siècle

Historique

Version PDF

Menuiserie Albert STREHL

1915

Après avoir été contremaître de la menuiserie Golay pendant de nombreuses années, Albert STREHL décide de reprendre cette entreprise en liquidation judiciaire, il a alors 35 ans, marié et père de deux fils, Charles et André.

Albert à également 2 frères ; Frédéric, menuisier ouvrier et Ernest, directeur de la fabrique de cigares de Grandson et plus tard, Conseiller d’Etat.

Ernest se portera garant de son frère Albert et c'est ainsi que la menuiserie Albert STREHL scia son premier morceau de bois.

Albert Strehl en collaboration avec Monsieur Marti, serrurier qui occupait les mêmes locaux, mirent au point une des premières scies tronçonneuse dite "pendule" ainsi qu'une circulaire à charriot pour le débitage des bois massifs.

Les bois de l'époque étaient choisis sur pieds, le sapin dans les forêts du Jorat et le chêne à Vernand, transportés et sciés à la scierie des Moilles de Savigny puis empilés et entreposés pour le séchage sur un terrain qui est occupé aujourd'hui par la tour "Galfetti".

Les réparations et rénovations de menuiseries diverses confiées par la clientèle privée ou gérances d'immeubles sont un point fort de la maison, dont quelques réalisations de l’époque subsistent encore aujourd’hui :

  • le café du Cygne
  • le café de Lavaux
  • la gare de Vallorbe

1924

Au début de cette année, Charles STREHL entre en apprentissage à l'école des métiers.

C'est également une période de transformation pour les ateliers, tout d'abord la construction de l'annexe sud ainsi que 6 garages sur le terrain ouest (ch. des Cèdres).

1925 - 1926

Ces années sont également importantes, tenant compte des nouvelles techniques, l'entreprise se modernise avec le remplacement de la dégauchisseuse et raboteuse.

L'installation également d'une aspiration pour les copeaux et autres déchets de bois qui, une fois récupérés, sont utilisés comme combustible pour la nouvelle chaudière.

Charles STREHL, après avoir obtenu son certificat de fin d'apprentissage et suivi quelques cours à l'école de commerce, seconde son père Albert pour les diverses tâches de bureau.

1930

André STREHL, après avoir terminé son apprentissage à l'école des métiers de Lausanne, rejoint les ateliers du Maupas 8bis où son père Albert et son oncle Fritz l'initient aux diverses tâches d'exploitation et de coordination des chantiers.

L'évolution de l'entreprise génère des soucis à Albert STREHL qui se laisse conseiller et confie La comptabilité, la gestion financière ainsi que les investissements possibles à un ami de la famille,  Ernest SCHAEFER, sous-directeur à la Suisse Assurances.

Tenant compte de la mauvaise conjoncture de ces années 1932 à 1939, Monsieur SCHAEFER conseille à Albert STREHL de construire un ensemble de locatifs à 2 entrées, sur sept étages, soit au total 35 appartements à la rue St-Roch 29 et 31.

La réalisation des divers travaux de menuiserie seront bénéfiques pour le maintien des emplois en ces années de faible économie.

1939

Malheureusement et tragiquement, en octobre de cette année, Albert STREHL, meurt d'un malaise cardiaque lors d'une partie de chasse dans les bois de Cheseaux.

 

Menuiserie STREHL Frères

1941

Après bien quelques soucis engendrés par ce départ tragique, une nouvelle raison sociale voit le jour sous le nom de Menuiserie STREHL Frères.

Charles STREHL sera secondé pour le secrétariat par Monsieur BONGARD.

1951

Après une vie bien remplie au sein de l'entreprise, l'oncle Fritz STREHL qui approchait des 80 ans, décide de se retirer pour laisser la place à Louis COUTAZ, figure qui allait devenir emblématique et incontournable de la menuiserie, il prendra ses nouvelles fonctions de contremaître le 1er mars de cette année.

1954

Frédéric STREHL prendra sa retraite à l'âge respectable de 84 ans.

Cette année sera marquée par la vente des locatifs, rue St-Roch 29 et 31 à la Suisse Assurances, la démolition des garages au ch. des Cèdres et la construction d'une annexe pour l'agrandissement des ateliers devenus trop étroits ainsi que l'atelier auto-électricité GRISEL.

Charles et André STREHL investissent dans la construction d'un bâtiment locatif et commercial  à la rue du Maupas 10 entre 1954 et 1958.

1955

Création également d'un local avec ventilation pour les divers travaux de finition ainsi qu'un vestiaire pour le personnel.

Achat d'une presse à plaquer hydraulique, machine à jointer et assembler le placage ainsi que quelques établis supplémentaires.

Dans les anciens ateliers, le parc de machines est également modernisé avec l'achat d'une nouvelle raboteuse, mortaiseuse à chaîne, ponceuse à ruban et tenonneuse dernier modèle équipée de 4 moteurs.

Le rez de chaussée est aménagé pour le stockage des panneaux et une scie circulaire à panneaux  installée pour le débit et calibrage de ces derniers.

1956

Monsieur BONGARD  quitte la maison et sera remplacé par une connaissance proposée par Messieurs Marti (serruriers), un jeune homme de formation commerciale en la personne de Robert BESSARD.

Charles STREHL qui a une santé déficiente est déchargé de l'administration tout en restant associé.

1959

Bernard BRANSCHI sera engagé pour seconder Robert BESSARD, qui maintenant assume l’entier des responsabilités administratives.

La préparation technique étant étroitement liée à la bonne marche des affaires, Daniel GAUTSCHI, après un apprentissage d'ébéniste à l’école des métiers de Lausanne,  est engagé au bureau technique afin de seconder Messieurs STREHL et COUTAZ pour l’établissement des plans ainsi que la mise en route des divers chantiers.

André STREHL, malade, est hospitalisé, après diverses complications ainsi qu’un accident cardiaque lui provoquera une hémiplégie, handicape qui l’empêchera de reprendre ses fonctions.

1965

Le 25 septembre, Charles STREHL décède, ce départ va apporter quelques changements pour l’entreprise.

L’augmentation des divers mandats poussera la direction à engager Georges VINDAYER comme chef d’atelier, rapidement à l’aise dans ses nouvelles fonctions, il proposera également ses services pour la formation des apprentis.

 

Menuiserie STREHL SA

1967

Tenant compte de l'évolution de l'entreprise, Monsieur SCHAEFER, conseiller financier de l'entreprise, propose la création d'une société anonyme au capital de 200'000.- couvert par les actions de Albert STREHL, Louis COUTAZ et Robert BESSARD, sous le nom de Menuiserie STREHL SA.

Cette nouvelle raison sociale apportera une toute nouvelle structure dans l’exploitation de l’entreprise.

Albert STREHL est nommé administrateur, Robert BESSARD, fondé de pouvoir et Louis COUTAZ, responsable de l’atelier et bureau technique.

1970

La presse à plaquer est remplacée par un modèle de plus grand format, une bordeuse de chant ainsi qu’une ponceuse de contact compléteront le parc de machines pour faire faces aux commandes croissantes.

Les années suivantes n’ont pas de faits marquants, la confiance de la clientèle privée, architectes, banques et administrations contribuent à la marche ascendante de la maison.

L’entreprise est reconnue pour la qualité et la polyvalence de ses travaux ainsi que pour son service de réparation apprécié des gérances d’immeubles.

1975

le 1er mars, un samedi matin à Vercorin, Louis COUTAZ, alors directeur de l’entreprise est victime d’une malencontreuse chute.

Hospitalisé, une radiographie révèlera une fracture à la colonne vertébrale ainsi qu’à la moelle épinière.

Paraplégique, cet handicape l’obligera à renoncer à toutes ses fonctions actives dans l’entreprise.

C’est Robert BESSARD qui reprendra la direction de la menuiserie, secondé par Daniel GAUTSCHI pour le bureau technique et les contacts à la clientèle, les ateliers, quant à eux, seront dirigés par Monsieur VINDAYER.

C’est une véritable catastrophe pour l’entreprise, car par son rayonnement et ses compétences hors du commun, il était devenu l’incarnation même de la maison vis-à-vis de la clientèle.

C’est alors que tout semble perdu que Messieurs VINDAYER (54 ans) et GAUTSCHI (34 ans) vont se démultiplier et sublimer leurs compétences pour offrir un nouveau visage à des clients plongés dans le doute.

1978

Daniel GAUTSCHI, très apprécié par la direction ainsi que par les clients, gardien de foot de valeur ayant accédé à la ligue nationale, choisira la voie du sport et quittera la maison.

Le 22 mai, Albert STREHL décède suite à une longue maladie.

Doté d’un grand bon sens, accordant sa confiance à bon escient et soucieux du bien-être de ses collaborateurs, il a su prendre les mesures nécessaires à la continuité du nom.

En 1965 déjà, à la mort de son frère Charles, il avait vendu l’immeuble sis à la rue du Maupas 10 pour racheter à la succession de son frère, la part de l’immeuble occupée par la menuiserie.

Administrateur et actionnaire majoritaire dès la création de la société anonyme (104 actions + 64 à Louis COUTAZ + 32 à Robert BESSARD), il fait vendre par volonté testamentaire, 3 actions à Louis COUTAZ et 2 à Robert BESSARD, qui deviennent ainsi majoritaires.

Dans toutes les questions administratives, de droit de succession ou de finances, la menuiserie a bénéficié des précieux conseils de Charles DUPONT de la fiduciaire Ofisa, successeur de Monsieur SCHAEFER, décédé en 1965.

Robert BESSARD est nommé administrateur de la société STREHL SA et pour remplacer Daniel GAUTSCHI, Henri OBERSON sera engagé en qualité de responsable de l’élaboration des plans, mise en route et surveillance des travaux de pose.

1980

Le 11 mai, Monsieur VINDAYER décède subitement, à l’âge de 59 ans, c’est une immense perte pour l’entreprise et pour toute la profession de par ses qualités exceptionnelles de formateur.

C’est d’ailleurs un de ses anciens apprentis, Bernard RÜEGG, qui malgré son jeune âge sera appelé à lui succéder, compétences confirmées avec l'obtention d'une Maîtrise fédérale en 1981.

1983

Henri OBERSON quittera l’entreprise, suite à une maladie insidieuse.

Ayant eu vent de ce départ, Daniel GAUTSCHI, après avoir mis fin à ses activités sportives, quittera la menuiserie Ledermann pour revenir au bercail avec le titre de fondé de pouvoir.

Les années suivantes, le parc de machines sera complété par une nouvelle tenonneuse, bordeuse de chants, circulaire de table avec lame inclinable, corroyeuse 4 faces et toupie à commande numérique.

Cette nouvelle organisation ainsi que la modernisation du parc de machines contribueront à l’expansion très positive de l’entreprise.

1987

Le 21 janvier, la veuve de André STREHL décède, dernière représentante du nom.

Par testament dicté bien à l’avance par son mari, l’immeuble de la menuiserie ainsi que le solde des actions seront répartis entre Messieurs BESSARD, GAUTSCHI et BRANSCHI.

1988

Philippe SCHNEITER (28 ans), sera engagé comme technicien avec Maîtrise fédérale.

A noter que tous les techniciens, après une période probatoire, sont nommés fondé de fouvoir et deviennent également actionnaires.

1994

Le 25 octobre, Daniel GAUTSCHI décède subitement, il avait alors 54 ans.

Depuis 1959, date de son entrée dans l'entreprise, ses qualités professionnelles et son amabilité ont contribués à la bonne marche des affaires, il ne laissera que des regrets et un grand vide.

Son empreinte marquera à tout jamais l’entreprise, c’est lui qui a étudié et conduit les travaux nécessaires pour la modernisation des trois bureaux, direction, secrétariat et technique, travaux exécutés au début de cette même année.

Robert BESSARD prend sa retraite le 31 août, avec la satisfaction d’avoir trouvé l’homme providentiel pour le remplacer en tant que directeur et administrateur.

En effet, Alain GOSTELI (43 ans) a pu s’intégrer dans l’entreprise depuis quelques mois, et surtout préparer le passage à l’informatique, il va ainsi doter la menuiserie d’un outil de travail indispensable à son évolution.

Outre ses qualités administratives, Alain GOSTELI domine la partie technique, puisqu’il est titulaire d’une Maîtrise fédérale.

Robert BESSARD restera coadministrateur et actionnaire jusqu’au 31 décembre 1998.

1995

Le 15 janvier, Alexandre SAUVAGEAT (28 ans), titulaire d’une Maîtrise fédérale, fait son entrée comme technicien.

1999

Philippe MAURER (38 ans), ancien apprenti de la volée VINDAYER est officiellement nommé responsable des ateliers, charge qu’il assumait officieusement depuis de nombreuses années.

2007

Après 19 années de bons et loyaux services, Philippe SCHNEITER décide de quitter l'entreprise pour devenir son propre patron.

La place vacante sera reprise par Pellegrino ZACCARIA, ancien apprenti devenu entre-temps Maîtrisé.

2012

Après 2 ans d'études en cours du soir à l'école Dubois à Lausanne, Alexandre SAUVAGEAT obtient son brevet en architecture d'intérieure et décoration.

2013

Nommé directeur, Alexandre SAUVAGEAT succédera à Alain GOSTELI en tant que directeur et administrateur unique dès le printemps 2014.

Après 20 ans passés à la tête de l'entreprise, l'entier des collaborateurs auront pu apprécier chez Alain GOSTELI ses compétences professionnelles, sa rigueur ainsi que sa loyauté.

L'informatique mis en place par ses soins, aura apporté son lots d'avantages aussi bien sur le plan administratif que technique, passage obligatoire pour pouvoir répondre toujours plus rapidement aux exigences du marché.

 

La suite reste à écrire…